Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Référence

Mes références hors champ de l'art 

Les références qui me nourrissent sont très présente dans mon travail.

Il s'agit d'abord du milieu d'où je viens ; la campagne. Le milieu paysan avec tous ce qui s'y trouve notamment les animaux. J'ai grandis dans ce milieu entouré d'animaux. La vie quotidienne était le soin des bêtes et le jardinage au potager.

Le milieu scientifique. Je m'intéresse beaucoup aux phénomènes naturelles. Je regarde beaucoup de documentaire sur arte. Ensuite il y a les planches scientifiques d'anatomie et les herbiers. Au lycée avant de passer mon bac L j'ai toujours étais dans des classes scientifiques et la biologie me passionné. D'ailleurs je m'inspire beaucoup des musée d'histoire naturelle. La façon de présenter, ce qui est montrer, la manière de collectionner etc

La musique en collectif. Ce que je préfère dans la pratique de mon instrument le saxophone c'est le partage et jouer ensemble. J'ai fait pas mal de stage de musique, et j'ai intégrer beaucoup d'harmonie et orchestre symphonique. Maintenant c'est lors des bœufs que je m'amuse le plus. Peut être étroitement mais je pense que cette pratique doit influencer mon travail aussi.

Littérature ; Si je devais citer deux livre ça serait Jonathan Levingson le goéland et Germinal de Zola.

Transformation mutation metamorphose

Après ma reflexion sur la mue je me suis rendu compte que ce qu'y m'intéressait vraiment était l'aspect de transformation, de passage d'un état a un autre.

La métamorphose correspond à des changements morpho-anatomique et physiologique brusque et irréversible changeant le plan d'organisation de l'individu. C'est une phase de développement dite indirecte caractérisé par la naissance d'une larve autonome, incapable de reproduction sexuée, qui aboutira à l'édification d'un adulte appelé imago (=image de l'espèce).

Chez les animaux plusieurs phénomène comme la mue on un rôle important dans la transformation de l'être.

COCON Chez les insectes holométaboles (c'est-à-dire aux métamorphoses complètes, par exemple les papillons et les abeilles), qui effectuent deux mues de métamorphose, la chrysalide (cocon) est le stade de développement intermédiaire entre la larve et l'imago (ou adulte)

Au premier semestre j'avais eu l'idée de me fabriquer un cocon. J'aimerai reprendre cette idée et l'associer a la mue.

Mue Serpent Méduse recherche

mue_de10.jpg

Mue Méduse

J'aimerai créer une pièce avec de la mue de serpent.

La matière de la mue de serpent m'intéresse. J'aime son aspect transparente mais sur laquelle on retrouve de beau motif ; des motifs d'écailles. Elle peut aussi faire penser a de la dentelle, quelle que chose de raffinée de précieux. Lorsqu'elle est est trop petite le serpent change de peau laissant ainsi derrière son ancienne peau. En se baladant en foret on peut trouver ces mues. Pour moi elle représente la mort le vivant et surtout la transformation. La transformation surtout du corps. Contrairement le développement et la croissance d'un corps plus jeune aa un corps plus mature. Les serpents mu toute leur vie mais a l'âge adulte l’intervalle entre deux mues est de plus en plus grande.

J'aimerai associé cette mue a mon corps.

Pour étoffer un peu mes recherches j'ai étais chercher dans l'histoire de l'art pour voir si la femme et le serpent avait déjà était associé ou évoqué ensemble. La première femme que j'ai trouvé et sans doute la plus connue est méduse. ( En première année j'avais réalisé plusieurs peintures représentant de près ou de loin méduse; coïncidence ? )

Mes recherches sur Méduse ;

Méduse (en grec ancien Μέδουσα / Médousa, de μέδω / médô, « commander, régner »1) Elle fait parti des trois gorgones mais elle est la seule mortelle. Sa chevelure est entrelacée de serpents. Son visage a le pouvoir de pétrifier tout mortel qui le regarde. Après avoir été décapitée par Persée, son masque (gorgonéion) est remis à Athéna qui le fixe sur son bouclier. La représentation du gorgonéion sera longtemps utilisée comme une protection contre le mauvais œil. Il s'agit la du mythe grec.

La perception de Méduse s'est modifiée au fil du temps. Le mythe, qui peut être vu comme un conte d'initiation, a alimenté des recherches sur la puissance du féminin, le pouvoir du regard,l'angoisse de la castration, le rapport intime au monstrueux et l'existence de sociétés matriarcales préhistoriques.

Je me suis interrésé aux interprétation les plus récentes du mythe : notament celle d'Hélène Cixous( 1975) qui plaide en faveur du désir et de la libération des femmes à l'égard du discours masculin.

Si je me sers du mythe de Méduse ça serait plus pour partir dans ces nouvelles pistes d'interprétation.

mue_de10.jpg

Recherche Carsten Holler

Carsten-H-llers-SOMA-inst-007.jpg

Carsten Holler

Surement pas un hasard mais un artiste que je vient de découvrir.

Carsten Höller a commencé à travailler comme entomologiste en s’intéressant particulièrement à la communication olfactive entre les insectes. Dans sa pratique artistique il poursuit ses expérimentations sur le vivant et imagine des installations mettant en jeu la perception et la participation des visiteurs, où il tente de méler science et mystique. Ce qui m’intéresse chez cet artiste c'est qu'il applique des procédures d’expérimentation scientifique à des réalisations artistiques. Et ainsi ses installations évoquent la condition et la situation humaine. Il met en interaction la biologie, éthologie et humanisme. Une autre aspect est intéressant dans son travail, l'interaction. Le spectateur est toujours invité a participer, a tester, a participer a ses projets. Son art n'est pas figé, il les présente comme expériences exploratrices d'une nouvelle expérience. Prés avoir un peu était voir dans ces travaux, une notion me semble apparaitre dans son travail la notion du « doute » ce qui pousse la science de chercher, le questionnement, l'objectivité. Il travail aussi avec l'observation, souvent du monde animale, et en tire d'autre réalité. Carsten Höller en invitant le spectateur propose dans ses œuvres je dirai des fenêtres sur de nouveaux monde, il trouble la realité et remet en doute nos vision, souvent en transformant la réalité. Pour moi, Il propose d'autre forme dans le monde l'art, et remet en question la vision actuel de l'art mais aussi de la société.

Une œuvres a retenu mon attention car elle est présenté comme une expérience, une observation et une invitation a spectateur a participer ou non.

SOMA

"Nous avons bu le Soma, nous sommes devenus immortels, nous avons vu la lumière, nous avons rejoint les Dieux".textes sacrés hindous

dans un espace d'exposition un troupeaux de rennes est présent ainsi que des souris et des canaris. Le troupeau est divisé en deux groupe. On donne a manger a l'un d'eux des champignons amanites tue mouches qui ont des vertus  toxiques, somnifères et hallucinogènes. L'urine des rennes peut etre bu par le spectateur.une boisson mythique capable de mener à Dieu selon la religion védique des steppes nordiques et asiatiques - qui selon Gordon Wasson contiendrait de l’amanite. Un lit en auteur peut etre utilisé comme point d'observation. Ce projet , à l'illusion d'un projet scientifiques mais il est très lié au mystiques, a l 'expérience avec la presence, de l'animal de l'observation et de l'interaction.

Carsten Höller a déclaré a propos de cette installation : « Je ne cherche pas à expliquerle monde qui existe déjà. Je cherche les voies vers d’autres mondes existants. (…) D’autres mondes existent, il faut étendre notre personnalité si l’on veut s’en approcher. »

Carsten-H-llers-SOMA-inst-007.jpg

Recherche le quotidien et le nuisible

Le nuisible le quotidien

La mouche

La mouche est un animal du quotidien présent partout dans le milieu urbain comme rural dans beaucoup de pays. On peut dire quelle fait partie du quotidien de nombreuses personnes. Pourtant les mouches sont des animaux souvent mal aimés. Elles sont considérées comme nuisible, rejetés et pourchassé par l'homme.Elle porte en elle l'image de la souillure, du dégradement, de la saleté. La mouche dégoute, repousse. (mon but n'est pas de faire la defense des mouches mais de voir comment quelque chose de quotidien peut etre rejeté mis a l'écart et stygmatisé par l'homme) Il s'agit d'une introcduction a une question je me sert de la mouche car je l'avait utilisé dans mon travail. J'avais tenter de faire de recréer des motifs de tapisserie avec l'image des mouches. En premier abord le spectateur voit la tapisserie ayant un aspect décoratif puis en s'approchant il contemple la laideur le banale ( mouche, cafard, punaise...) C’était l'idée de créer une apparence séductrice motif décoration avec du banale du nuisible du repoussant.

Un autre phénomène me vient en tête en abordant ce sujet de l'ennemi du quotidien:

Le poil

( chez la femme) Le poil est présent chez l'homme et la femme et recouvre certaines parties du corps humain. Pourtant l'image que l'on nous impose de la femme a travers la pub, les images médiatiques est l'image de la femme sans poil. Le poil ne fait pas partis des critères de beauté de la femme. Le poil est donc vu comme quelque chose de repoussant, non attrayant.

J'aimerai mettre cet article en lien avec l'article du plumage, de la parade nuptiale qui parlait de la séduction par des éléments naturels. De l'apparence attrayante que possédait ces oiseaux.

Recherche La matière Patate

Patate.jpg

La patate

Pour ces recherches j'ai envie de revenir a un élément, qui m'est très familier, et qui m'a permis d'avoir un déclenchement dans ma pratique artistique en première année. La patate.

La patate est donc un tubercule comestible. La pomme de terre est originaire du sud-ouest de l’Amérique du Sud où son utilisation remonte à environ 8 000 ans. Introduite en Europe vers la fin du XVIe siècle, elle s’est rapidement diffusée dans le monde et est aujourd’hui cultivée dans plus de 150 pays.

La patate, représente pour moi le milieu paysan, le milieu donc où j'ai grandi. J'ai moi même cultivé et ramassé des patates. Le milieu agricole celui de la culture et de élevage. La patate a un aspect populaire, car en effet il s'agit d'un aliment très rependu, peu couteux et facile a cultivé. Elle a aussi l'image de la banalité du quotidien.

Mais ce qui m’intéresse en plus cet aspect symbolique, c'est sa forme. Mais quelle forme ? Je me pose cette question car en effet je n'arrive pas trop a définir cette forme et qui assez informe. Elle peut être petite grosse, étroite d'un rond presque parfaite, avec des creux des bosses, avoir des formes explicite (cœur) souvent irrégulière... Elle a donc une forme informe. On utilise d'ailleurs le terme patatoïde pour évoquer une surface plane irrégulière comme les astéroïdes. Et lorsqu'elle se met a germer un autre aspect apparaît , on voit lors un espece d'organe, un poumon, un cœur, ou un virus en tous cas quelque chose de très organique. Comme la patate est informe on peut aussi s'imaginer quelle a la forme d'autre chose ( apreidolie) Cette patate a une forme de coeur, de bonhomme …

J'ai vu le film d'Agnes Varda, les glaneurs et les glaneuse. Cette question est présente dans son film. Et grâce a la forme de la patate elle soulève la question de la normalité de l'apparence et des normes que l'on nous impose. Les patates sont triées et calibrées, c'est a dire trier de façon a ce qu'elle corresponde a une taille, une forme bien définit. Toute les patate ne rentrant pas dans ces normes sont alors rejetées et inutilisées. Ce sont les glaneurs et les glaneuse qui se chargent de récupérer ces patates mise a l’écart. On veut que l'image de la patate soit net pas de place pour l'informe.

Ce qui m'intéresse dans la patate en tant que matériaux c'est le fait que ce soit un matériaux vivant, elle germe, s'enracine, grossit et pourrit. Ainsi le visuel n'est pas fixe mais toujours en perpétuel mouvement, comme la vie, le temps et pour revenir a l'agriculture le cycle et les saisons.


Patate.jpg


Une photo de mavaise qualité et qui ne présente pas trés bien ce projet. Mais ce ci est pour mettre en image ma première expériece de triturer la matière. Les patate présente sur la tablee ont en effet creusé en elle la trace de mes mains chaque tas représente une semaine c'est pour cela que l'on voit de gauche a droite des patate de plus en lpus pourrit.

Suite recherche 5

Observation Dissection Retransmission

Immersion dans le son du bourdon

Lors de ton derniers cours, j'ai trouvé lors de la pause un bourdon ; je l'ai donc ramasser.

En le manipulant je me suis rendu compte que le fait de frotter ses ailes donnait un son très intéressant. Je ne pensait pas que c’était la matières en quoi était faite l'aile qui procurait ce bruit. J'ai donc décidé de voir si il était possible de recréer le bruit des ailes en soufflant dessus comme pour recréer la vibrations de l'air. En effet cela marche.

Pleins de souvenirs sont alors revenus. Le bourdonnement des abeilles dans les fleurs aux bords des sentiers, la peur de la guêpe qui tourne autour lors des repas d'été, le bruit des libellule aux bords des lacs ou l'on se baigne, ou bien le bruit infime du moustique tout proche semblable a un ultra son mais aussi et surtout celui des mouches celle qui s’échappent quand on s'approche d'elles, celles qui grouillent dans les granges.

En y repensant je me suis rendu compte que chaque son était au finale bien différent même si ils étaient de même nature. Certains plus grave d'autre plus aiguë certains plus bruyant d'autre plus discret... Je me suis aussi imaginé comment nous nous percevions ces sons produits par des insectes. Le son que l'on perçoit de ces insectes ont rapport avec le mouvement en effet c'est lorsque ceci sont en mouvement que le son est produit lorsqu'il sont a l arrêt pas de son. Ensuite ils ont a faire avec la proximité on entend ces insectes a seul condition de s'approcher d'eux... et tous interagissent avec notre approche ; fuite,attaque, intérêt (nourriture).

De ces réflexions a surgit en moi une envie de créer quelques chose avec ses recherches.

En ce moment je m'intéresse au son produits aléatoirement. ( boite à musique qui fonction avec des partition de portrait biométrique ) mais aussi a la relation entre sciences et art. L'idée de me servir de méthode scientifique, de les dé contextualiser, de les détourner pour les remettre dans le milieu artistique. Les flux aussi étaient ne préoccupation de mon dernier bilan ( Il me semble que tu n’étais pas là, alors j'ouvre une petite parenthèse pour vite fait évoquer comment j'avais voulu, car tout n'a pas fonctionner, évoquer le flux ;( la première pièce était une vidéo ou l'on pouvait voir sur fond noir le parcours des plusieurs personne tracé en blanc lors d'une même journée a la fin apparaisse une forme aléatoire. Deuxième pièce j'ai transposé sur feuille des flux ( marins migrateurs...) en pointillé recréant ainsi des constellations et des feux d'artifices. Troisième pièce qui n'a pas était finit: deux montgolfière qui volaient laissant derrière elles une trace et ainsi se forme un dessin aléatoire de la rencontre et du parcours.)

Pour l'instant je pense donc a une installations qui serait a faire évoluer mais il s'agit de ma première idée et j'en profite pour la partager car çà fait aussi partis de mes recherches.

Il s'agit donc d'un espace avec des dispositifs. Chaque dispositifs est constitués d'une paires d'ailes de différents insectes. ( afin de recréer différent types de son)Lorsque le spectateur s'approche assez prêt un souffle se déclenche et le bruit des ailes retentit. (probablement amplifié). Le spectateur évolue dans un environnement sonore qui est généré par lui et les autres spectateurs. Ainsi chaque « promenade » dans cet espace serait différente car le son serait émis de façon aléatoire et définit par la trajectoire des spectateurs. J'aimerai créer une interaction entre la l'homme la machine et l'animal, l'artificiel et le naturel. Croquis a venir

J'aimerai avoir ton avis sur cette idée. Le coté technique reste a définir mais comme je l'ai dis il ne s'agit que d'une prémisse d'un projet. Une idée qui met venu à la suite de cette observation de l'animal

Suite recherche

J'ai plus réfléchis au projet, au point de vue technique, et de présentation.

Présentation: J'aimerai contextualiser ces insectes dans le quotidien pour cela je procédé comme une étude et je cherche ou l'on trouve le plus souvent dans nos vies de tous les jours ces insectes. De la je créer une mise en scène dans l'espace pour évoquer le lieu ou l'on trouve ces insecte. le spectateur en approchant de cet installation entendra le son de l'insecte. Par exemple pour la mouche : Elle se trouve souvent prêt de nos assiette lorsqu'on mange. Pourquoi pas poser une assiette avec de faux aliments et lorsque le spectateur s'approche de l’assiette le son de la mouche se déclenche etc... pareil pour chaque insectes avec une installation différents ( petite peut etre juste un objet ). En plus de cela pour une autre pièces de mes pièces je crée de fausses plantes pourquoi pas placer un insecte ( type abeille) et son dispositif sur cette pièce pour venir la parasité et s'inscruste ainsi dans tout l'espace.Certains insectes seront dépendant de mes pièces et d'autre viendrait les parasiter. J'aimerai que de ce fait une ambiance sonore soit presque constamment joué grâce a ces dispositifs mais de facon aléatoire puisque que cela dépendrai de la position des spectateurs. D'un point de vue technique j'ai vu avec bernard et il est possible de placer une camera sur l'installation représentant l’insecte et a chaque fois que quelqu’un entre dans le cadre le bruit se déclenche.

Musée histoire naturelle suite recherche pelage parade Nuptiale 4

aP1080339.jpg

Musée histoire naturelle.

Cet été je suis aller a Berlin. Et le dernier jour, j'ai visité (un peu par hasard) le museum d'histoire naturelle. Ce lieu est un endroit d'exposition des espèces et des découvertes scientifiques de la nature. Et pour moi toutes ces choses sont des sources d'inspiration dans mon travail, pas seulement parce qu'il présente des animaux mais aussi tout les mystères qui se cache derrière.

J'aimerai parlé de quelques point que je trouve intéressant dans un musée d'histoire naturelle d'un point de vue formelle.

Premièrement c'est la présentation, de suite on remarque qu'il s'agit d'un musée d'histoire naturelle. Les squelettes, les cadres, les vitrines... En effet la présentation dans ces musées respecte de nombreuse règle et a une esthétique singulière. Il y a les vitrines qui encadre les chose précieusement tel des reliques. On touche avec les yrux, pourtant on aimerai manipuler, comparer , sentir... tout ce qui nous est montré. La vitre transparente fait comme un écran devant nous, les chose qui sont alors derrière sont comme protégé et mis dans un autre monde que nous. Chaque vitrine est pour moi une pièce unique que je pourrai contempler a l'infini. Le classement Chaque recherche est classé et mis en ordre, trié ; par nom, espèces, dates, tailles, couleur, matières... Le fait de classer donne une vision particulière ; On voit que les choses rentre dans un grand domaines et qu'elle ne sont jamais isolé. En suite la collection. Je trouve intéressant le fait de collecter. J'ai donc était voir l’étymologie pour mieux connaître ce mot Du latin collectio (« action de recueillir, réunion, amas, rassemblement, collection ») dérivé de colligere (« réunir », « recueillir ».La collection peut aussi bien être réaliser par des amateurs que par des scientifiques. La collection permet je pense d'avoir une plus large idée,vision que si l'on montre une seule pièce. (Je reviendrai plus précisément sur ce terme dans un autre poste car il me semble nécessaire que je m'y penche dessus car la collection est présente dans mon travail et j'aimerai renforcer mes recherche en ce qui concerne la collection dans l'art contemporain.) La nature. Forcément ces musée expose la vie, la terre la nature, les phénomènes de l'évolution. Ce sont en sorte des multitude de vanité qui sont exposé. Les vanités sont les premières création que j'ai réaliser avant même d’être dans le cursus de l'art.Ces pour cela ce me rappelle ce qui m'a pouser a créer.

Pour moi me promener et observer ce qui se trouve dans ces musée est une grande source d'inspiration, tel un explorateur dans l’Amazonie qui découvrirai les étrangetés de la nature et de la vie. J'y retrouve des formes qui m'intéressent. Forme d'insecte, forme de plante, forme humanoide, forme inconnu de la préhistoire ; des motifs ( plumes,dessin...) Toutes ces formes générée par la nature. Ces lieux parlent de l'endroit ou l'on vit, j'ai le sentiments de me retrouver dans un lieux ou l'instinct, l'innée, le charnel sont très présent. Cela est surement du au faite que je me retrouve face a l'histoire de la nature, a l'évolution et les espèces en survie ou disparue.


aP1080339.jpg

J'ai choisis de mettre cette photo que j'ai prise car visuellement je la trouve très belle et assez évocatrice de ce que je viens de citer au dessus. On y retrouve la présentation d'un laboratoire, la collection d'animaux mort et même temps la beauté des couleur, du verre qui rend le tout très mystérieux.

Suite recherche pelage plumage. 3

Pelage/Plumage.

J'ai envie d'appeler ces recherches "recherche de terrain".

Après avoir plumé un faisan. Je me suis rendu compte de la beauté et la diversité des motif des formes des couleurs de son plumage. J'ai décidé, comme le ferait un naturaliste, de répertorier toute les plumes en image en prenant une photo de chaque type de plume. Je suis assez fascinée en effet par les formes que l'on retrouve dans la nature. Il y a l(fes formes des éléments orme de feuille forme de pierre...) mais ce qui m'intrigue encore plus pce sont les motifs qui sont présent sur les plumes, les poiles... de façon héréditaires.

J'ai gardé les plumes et j'aimerai m'en servir. Utiliser cette seconde peau.

A suivre... Lien du blog avec les images répertorie a venir.

Mes prochaines recherches seront donc sur les musée d'hisotire naturelle, car c'est un lieu de recherche et de diffusion de la culture scientifique naturaliste.

Suite Recherche Pelage, taxidermie 2

parade

PARADE NUPTIALE

Le pelage sert aussi a reconnaître le mâle de la femelle chez certaines espèces. Les couleurs, les motifs changent. Par exemple le paon. Je me suis donc demandé dans quel demaine cette différence pouvait vraiment intervenir et il me semble que la parade nuptiale, la séduction doit avoir un rôle très important dans cette différence de pelage ou plumage.

La parade nuptiale se retrouve chez beaucoup d'animaux; En biologie, on désigne sous le nom de parade nuptiale le comportement adopté par un animal en vue d'attirer un partenaire sexuel et de le convaincre à s'accoupler. C'est une sorte de drague. Les parade nuptiale sont je trouve de petit spectacle propre a chaque animal. Elle est courante chez les oiseaux, mais aussi les mammifères , les reptiles...

Mais une espèce en particulier a retenu mon attention celle des paradisiers. Chaque espèces (39) a son propre plumage coloré, son et danse pour la parade nuptiale. Plusieurs espèces d'oiseaux de paradis transforment leurs corps dans des formes plus ou moins extravagante.

Je trouve cela très beau dejà grâce au couleur mais aussi a l'effort que ce donne ces animaux pour essayer de séduire. Il s'agit de quelque chose d'instinctif cependant ces danses dégagent beaucoup de poésie. Ces danses sont transmises de père en fils, et chaque oiseaux en regardant les autres peut améliorer sa danse. Ici ce sont donc les mâles qui se donnent en spectacles avec leur « costumes et chorégraphie et musique » mais les femelles ne sont cependant pas passives car c'est pour elle que sont réalisé les danses; elle sont spectatrices et on le choix de renoncer ou non a la demande du mâle. Je trouve très intéressant que l'on trouve ce coté spectacle théâtrale dans la nature. En effet, on peu dire que ces petites représentation servent a illusionner la femelle, a la charmer dans un but totalement animal ; la reproduction, la survie de l'espèce.

Un petit lien ou sont repertorié les différentes parades |http://www.birdsofparadiseproject.org/#!/26/Dance|fr|Parade nuptiale] paradetelechargement.jpeg

Foxfire Recherche suite amazone B

Foxfire de laurent cantet.

Foxfire, est un film que j'ai récemment vu et que je trouvais intéressant de relier aux amazones. Le film raconte l'histoire d’un gang d’adolescentes qui se révoltent contre le machisme, le conservatisme et l’ennui de la société américaine de leur temps.

Le groupe commence par se venger des hommes qui les oppriment, les menacent et les violentent. Leurs premiers exploits sont des actions foudroyantes (graffitis, corrections musclées). Mais le machisme reprend bientôt le dessus sur les révolutionnaires et Legs ( la "meneuse" ) se retrouve en maison de correction. J'aime beaucoup ce début du film car il évoque la réunion d'adolescente qui ont en commun cette même ambition de se faire entendre, de ne pas se laisser marcher sur les pieds. Et leurs actions, a petite échelle sont efficace; elle font parler d'elles. Bien sur je n'oublie pas qu'il s'agit d'un film, mais je pense qu'il peut être assez proche de la réalité et être adapté aussi a notre époque. Ce n'est qu'un avis personnel mais je pense que c'est ce qui manque a beaucoup, c'est de passer a l'action ( peut importe l'échelle) comme c'est dit dans firefoxe , une étincelle et firefoxe brule, brule....

La deuxième partie du film, après la libération de Legs, oppose l'euphorie de la violence révolutionnaire à la difficulté de réaliser une utopie. Les filles décident d'acheter une maison pour y construire une communauté mais la bande de filles, qui ne fait que croître, connaît les problèmes de toutes les organisations : l'argent, les oppositions, l'organisation... Ces jeunes filles veulent être sous le propre pouvoir mais sont surtout pousser par le désir de créer quelque chose de nouveaux. Cette deuxième parti m'évoque plus la construction d'une communauté uniquement féminine. Ce que je trouve dommage c'est le rejet totale des hommes dans l'évolution de leur projet. (Dans l'histoire une des filles se fait exclure du la communauté car elle flirt avec un jeune homme) C'est là ou je le rapproche des amazones. Le fait que les femmes prennent le pouvoir mais en excluant totalement l'homme. Malheureusement dans le film, le désir de liberté ne conduira pas à l’émancipation mais à l'échec.

Même si le scénario n'est pas excellent, ce film m'a parlé car il m'a rappelé l'adolescence; pas seulement ce sentiment de violence révolutionnaire mais bien le désir d'agir (d'action), de créer quelque chose de nouveau ressemblant et montrant nos conviction. La réunion aussi en petit groupe, qui permet l'initiation de tous.

Amazones Recherche A

Amazones 

Dans la mythologie les Amazones sont un peuple de femmes guerrières descendant d'Arès, dieu de la guerre, et de la nymphe Harmonie. Elles se gouvernaient seules, se passant en toute chose des hommes qu'elles n'admettaient qu'à des travaux serviles et dégradants. De leur union avec des étrangers, elles ne gardaient que les enfants de sexe féminin ; et elles brûlaient le sein droit de leurs filles pour leur faciliter l'exercice de l'arc : c'est pourquoi leur nom signifie en grec « celles qui n'ont pas de sein ».

En cherchant un peu plus loin j'ai cru comprendre que leur mythe s’est nourri d’une réalité, celle de femmes qui parfois ont pris les armes 

Les historiens antiques placent généralement l’origine des Amazones parmi les Sauromates (devenus les Alains puis les Ossètes actuels) et les Scythes (nommés Saces par les Iraniens), ensembles de peuples nomades qui dominait l’immense territoire de l’Ukraine à l’Asie centrale du 7ème au 3ème siècle avant notre ère.

Les amazones portaient un bouclier en forme de demi-lune (pelta), symbole des cycles menstruels. Elles furent probablement une société matriarcale, ce dont les Grecs avaient horreur, raison pour laquelle ils les diabolisaient tant. Une autre hypothèse stipule que les amazones seraient issues d’une rébellion des femmes au seins de sociétés patriarcales. Asservies, opprimées, ces femmes esclaves auraient levé une insurrection qui les aurait mené à une sanglante victoire sur les hommes. De cet avilissement serait née une haine farouche à l’égard des hommes.



Mais ce qui m’intéresse dans le mythe des amazones est plus la vision d'un inversement des rôles ( masculin/féminin) qu'il évoque ; Le mythe des amazones peut être vu avec une vision plus militante car encore de nos jours on vit dans un systeme qui est dominé par l'homme. Cependant dans la mythologie les amazones qui sont alors des femmes qui détiennent le pouvoir son considéré comme des barbares, en dehors de toute civilité.

J'ai donc envie de continuer mes recherches sur les groupes de femmes ou les femmes qui ont prit le "pouvoir", ou se sont émancipées. Mes prochaines recherches se feront sur le film Firefox confession d'un gang de fille que j'ai vu récemment ainsi que la légénde de Mulan ( pas de walt disney ).

Pelage Recherche 1

cattellan

pelage

Définition; Ensemble de poils recouvrant le corps animal. Latin pellis ; pel peau poils se couvrir qui donne palla robe couverture ou encore peau

Le pelage est je trouve quelque chose de très attrayant. Qui n'a pas envie de caresser , de toucher le pelage d'un animal. Le pelage peut être de différentes matières dur, doux, épais, long, court... De plus, le pelage a souvent une couleur particulière a l'être vivant qui le porte. On en trouve de toute les couleurs , avec toute sorte de forme. Il y a les animaux qui s'en servent pour se cacher.

Taxidermie

La taxidermie est l'art de donner l'apparence du vivant à des animaux  morts. Le métier correspondant est celui de taxidermiste ou empailleur. Plusieurs technique sont utilisées lors de la taxidermie ; le depuillage; retirer tout l'interieur de l'animal enfin de ne garder que l'exterieur Le mannequin, recréer la forme de l'animal. Le tannage; traiter et redonner forme a la peau le montage; remettre la peau sur le mannequin.

Cependant je trouve que le résultat de la taxidermie n'a rien de vivant mais au contraire montre la mort. L'animal est immobile, condamné a une position qu'il n'a pas choisit. On a plus la vision d'un etre vivant, mais d'une forme poilu ressemblant plus au moins ( cela depend aussi de la qualité de la taxidermie ) a un animal, c'est plutot glauque. Lorsqu'on me parle de taxidermie j'ai en moi l'image de vieilles bêtes de la forêt ( renards, cerf, ecureil...) qui ont été chassée puis mise sur la chemise ou en exposition dans la maison comme un trophée.

Cependant la taxidermie est utilisé dans l'art contemporain, je citerai alors Maurizio Catellan.

cattellan

 “Comment un écureuil a-t-il pu en arriver là ?”

il représente un écureuil qui vient de se suicider dans une cuisine reproduite en miniature. On se croit dans un univers de jouet ce qui rend la scène encore plus violente et dramatiquue. Il juxtapose le drame ( suicide) et l'univers enfantin ( le jouet ).

Ce qui m'intéresse donc dans la taxidermie c'est donc le décalage et le détournement que l'on peut faire des animaux. La creation d'animaux hybride, chimerique... ou des mises en scènes invraisemblable.

Je me suis donc penchée vers les rogue taxidermists;

le new-yorkais Nate Hill adore dépecer et assembler des cadavres d'animaux pour créer des espèces inédites : c’est l’art de la rogue taxidermie ou "taxidermie tordue". Pour Nate, pas question d’empailler les animaux pour en faire un beau trophée ou un souvenir. La taxidermie, c’est pour lui un moyen d’inventer des créatures surnaturelles. Il recupère avec ses camarades des morceaux d'animaux dans les poubelles des restaurants. Chez les Rogue taxidermistes, très soucieux des droits des animaux, on ne tue pas les bêtes pour les empailler. Cela a un aspect un peu dégoutant, mais j'aime bien l'idée d'assembler des détritus rejetés pour en faire de nouvelle pièces. Des sortes de franckenstein.

Certains vont même jusqu'à faire des pièces « glamour » avec des carcasses. Elle se sert de ses bêtes pour créer des bijoux, des icones...

Cochon qui s'en dédit (Pascale)

Cochon qui s'en dedit

Au premier abord j'ai eu l'impression d'avoir a faire a un documentaire sur un élevage de cochon. Puis très vite et surement influencée par le sujet des industries culturelles que l'on venait d'aborder, j'ai fais un rapprochement (peut-être un peu simple et direct) entre les cochons et nous, les hommes. Tout au long, le film nous montre cet effet de masse. En y repensant les premiers plans sont implicites ; Des parc à cochon hurlant a qui on donne a manger a la chaine, un gavage intensif où les images des cochons se suivent et se répètent.

Les cochons sont traités comme un tas, une masse a gérer ; castrage à la chaine, nourrit a la chaine, incision des dents a la chaine. Chaque geste est répété avec un systématisme qui dépersonnalise totalement chaque cochon. Ces animaux subissent le quotidien imposé par les lois de l'élevage, qui de plus sont contre leur intérêt dans le sens où elle ne leur apporte rien de bon. Puisqu'ils vivent mal traité et dans le seul but d’être rentable. Dans ce cas disparaît le libre arbitre et la volonté singulière a chacun.

La question de la rentabilité est aussi posé. Dans ce cas la durée de vie d'une truie est de « 5 à 6 portées». Du coup il n'est plus question de durée de vie physique « naturelle » mais bien de rentabilité ; au delà de ce temps qui est précis et correspond au cycle de gestation la truie ne peut plus servir et sa présence devient un cout ; elle n'est donc plus désirable et tuée. L'aspect de vie n'est plus présente mais c'est la production, l'argent, le bénéfice qui est important. Cet élevage est l'image même de la production de masse ; produire de plus en plus pour avoir du bénéfice.

Même l'homme lui-même ne peut échapper vraiment a cette production ; Il est impossible pour lui de jouer, boire un coup avec ses amis, s'occuper de sa famille... car il ne correspond plus alors a un éleveur moyen, c 'est a dire aux règles qu'imposent l'élevage. Son rendement est alors amoindris par rapport autre paysans, il est pris dans les rouages de cet élevage, il n'a plus accès a ses rêves. Lui-même est comme un de ses cochons et répètent les gestes sans vraiment pouvoir choisir tout ça dans le seul but de gagner de l'argent et de rendre son élevage le plus rentable possible.

Nous contrairement au cochon nous avons la possibilités de faire des choix, de sortir du parc, de décider ou non d'agir selon ce qui est instauré et ce qui nous est proposé. N'agissons pas comme ses cochons. Mais il n'est pas toujours évident que le choix s'offre a nous ou que nous avons la possibilité de faire autrement.. Il n'est pas question de remettre en cause chaque aspect de la société mais bien de voir que ce qui mis en place ne doit pas être automatique accepter sans choix et qu'il existe toujours un autre moyen ou si il n'existe pas pourquoi pas trouver une alternative.

Les industries culturelles dans le même sens que l'élevage nous propose un purée prémacher de la culturelle. Reproduction d'une œuvre qui devient une image parmi tant d'autre, elle est perdu dans la masse. On perd le rapport singulier que chacun peut avoir avec une œuvre une image. Nous sommes bien dans une consommation de la culture. La question du format s'est posé a moi; le soir meme du jour ou tu nous a fait ce cours ( je ne sais pas si sans ca je me serai posé la question fin du moins de cette manièere). J'ai etait donc voir le film Nymphoaniac de lars von trier. Et au début du film on apprend qu'en réalité le film dure 5h et que l'auteur refusant de modifié son film a laissé le montage final a son producteur. Tout ça par souci de form Film nymphonmaniac respect de l oeuvre / format pour grand publique ne pas deranger des habitudes / industrie culturelle

L'artiste et la PUB pascale

arrefour Sèvres-Montparnasse

Jacques Villeglé détourne la publicité. Membre des Nouveaux Réalistes, il est « collecteur » d'affiches lacérées et théoricien de ce type d'appropriation.

Le prélèvement, dit-il, est le parallèle du cadrage du photographe », et lui-même se veut, comme Hains, simple collecteur de fragments qu'il ne fait que choisir et signer.''

Jacques villeglé lacère des affiches et laisse apparaitre toutes les couches des différentes pub. Contrairement a La publicité qui elle nous montre qu'une seule image et nous impose son contenu. Lui nous laisse libre d'intrepreter ses collage. Il detourne donc les publicite. arrefour Sèvres-Montparnasse

Réalisée pour la Biennale de Paris de 1961, Cest la plus grandes les affiches lacérées de Villeglé. Les affiches sont sorties de la réalité urbaine. Il y a un jeu de profondeur entre les couleurs et les différents morceaux de papiers, les couches decoupées déchirées donnent des apparition-disparition d’images et de mots en suspens donne une force je trouve a ses compositions. Ainsi il y a comme un vécu une memoire des affches comme l'on peut le voir defois en ville dans des zones d'affichages ou des affiches recouvrent d'autres. Au contraire des publicités cette œuvre ne propose pas une image, mais plusieurs fragments d’images non hiérarchisés. Villeglé et les Affichistes ne retiennent que des fragments des lambeaux des morceaux des bribes de la société ainsi le sens disparait se derobe s'efface sous nos yeux.

Heritage de Duchamps ( pascale )

10104_G.jpg

Selon Duchamps pour que l oeuvre soit art il faut qu'elle soit reconnu par l institution, le spectateur et la signature. Après Duchamps les critères ne sont plus moraux et esthétiques mais institutionnels.

Comme exemple d'héritage j ai choisis l'artiste américain Gordon Matta Clark connu pour ses œuvres réalisées dans les années 1970. Ses oeuvre les plus célèbre sont les Building Cuts qui changent la perception du bâtiment et de son environnement proche. c'est apres avoir fait une ecole d'architecture qu'il se retrouve a etudier a paris et rencontre les philosophes francais. Il vient par ailleurs d'une famille de peintre. Il est realise sa premiere oeuvre en 68, periode de contestation et de remise en question du pouvoir, et de desire de liberté. Comme Duchamps il transfert l'objet ici les batiments hors de son contexte puisqu'il ne sont plus habitable mais decoupé en deux. Mais l'oeuvre que je préfère de gordon matta clark sont les open house, et je pense qu'elle sont en quelques sortes un héritages de duchamps en effet il s'agit de conteneur placé dans la rue new yorkaise et libre d'acces au spectateur. Ici comme chez duchamps la main de l'artiste "son savoir faire" n'est plus importante mais c 'est le concept et la presentation de l'oeuvre qui est visé.

« Open House devient un centre d’activités, expérimental et ludique, où évoluent danseurs, performers, artistes. Offrant encore plus de liberté que les espaces d’exposition alternatifs, Open House est un équivalent urbain, aux œuvres développées dans le contexte du Land Art. » manco Ces lieux sont libre de devenir, ils sont laissé totalement a la disposition du spectateur, et tout reste possible a créer dans ces structures que propose gordon matta clark. Ici l'artiste conditionne le spectateur et impose au spectateur son processus, meme si chacun est libre d'y agir comme il veut. Elle sont en perpétuelle mouvement et j'aime l'idée qu'il puisse y avoir une histoire, un vécu et que ce qui soit exposé soit la trace de ce passage. Ici l'oeuvre est le reste, la trace d'un processus totalement libre. Gordon matta clark ne realise pas l'oeuvre elle-meme puisqu'il recupere un contener deja fait comme Duchamps il sort l'objet de son contexte ; Mais le fait de le placer dans une rue et de le laisser en libre accés est comme une signature car en effet il s'agit d une démarche artistique, d'un choix. Ensuite le fait que le spectateur accede a l'oeuvre et la modéle est une sorte de reconnaissance de sa part. Et finalment l'oeuvre est reconnu par l'institution puisque la trace de cette installation a été exposé au mamco (Musée d’art moderne et contemporain de Genève )

10104_G.jpgGordon MATTA-CLARK, Open House, 1972. Benne industrielle, cloisons, portes ; 248 x 242 x 611 cm. Coll. Mamco, acquis avec le soutien de donateurs anonymes, de l'Amamco et de Daniel Varenne. ( mamco )

Métamorphose.

Moi, machine a écrire d'apparence élégante, d'une couleur sombre et aux fioritures dorées joliment dessinées. Je suis enfermée dans ce piteux petit atelier. Pourtant mon travail doit être précis et rigoureux; Je dois activer mon aiguille, faire passer le fil fin à travers les tissus plus ou moins épais, sans m’arrêter. Les mains qui me font fonctionner doivent être agiles et minutieuses sinon l'erreur est immédiate et irréversible. C'est un travail hard. C'est cette couturière qui à l'aide de ses pieds actionne les pédales générant (un mouvement qui entraîne) le mécanisme de la couture' ; l'aiguille monte et descend sans cesse en piquant le tissu.

Mais ( au fond) à l’intérieur je ne suis qu'une machine, vide d'âme ; Je ne suis qu'un assemblage de pièces mécaniques de courroies, de fils, de ferraille. Je n'ai pas eu le choix de mon destin, on m'a posée là et hop au travail. Je subis cette corvée sans répit ; Parfois très rarement, le dimanche, une journée de repos s'offre à moi mais le travail recommence de plus belle le lendemain. Pourtant je sentais qu'au fond de mes mécaniques il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond.

Et tout s'est passé cette fameuse nuit, à cause de cette ouvrière ; comme tous les soirs, trop pressée, elle m'avait laissée branchée, allumée, prête à resservir le lendemain. Mais cette fois-là elle avait oublié de retirer le fil de l'aiguille. C'est alors que dans une démence infernale le système s'est mis en marche, et ne répondait plus.

La courroie s'est mise à me ligoter, la canette s'étira. Un bruit résonna dans tout l'atelier Tac tac tac… Je voyais mon apparence se métamorphoser. L'aiguille s'agitait, je ne contrôlais plus rien. Elle dessinait des lettres sur le tissu qui tentait une fuite impossible. La souffrance infligée était insoutenable. Cette force invisible prenait le dessus, on ne pouvait pas se tromper la machine se métamorphosait. Le fil devenait comme de l'encre sur une feuille de papier. Les tee shirts, les chemises, les pantalons maintenant cousus de mots devenaient des pages de lecture . Ce nouveau processus frappait le tissu avec violence écrivant sans arrêt des mots, des phrases, des chapitres, un roman.

Le mémoire d'une machine à coudre écrire.

PASCALE

Les académies informelles

5°s av JC → université de Philosophie de Platon 1635 → académie française puis des baux arts et des sciences. Les académies sont des milieux de production d'un savoir et d'un art officiel. ( L'académie des beaux arts royal est en quelque sorte l'écurie des artistes du roi.) Les critères de sélection sont formels : .L'harmonie des proportions dans le tableaux et les sculptures, des couleurs... .la conformité aux canons de beauté antiques .l'aspect moral .Les proportions du corps parfaite définit par l'inscription du corps dans 2 figures géométriques ( cercle et carré )

Le beau = le bien = le vrai

Cependant certains artiste se servent de ces critères pour montrer autre chose; comme par exemple Ingres avec le bain turc (l'érotisme).

Le tableau de Ingres montre des femmes nues « prenant un bain ». On a le droit de montrer des femmes nues si elles sont étrangères, car elles sont d'une autre civilisation (turc) ; L'orientalisme. C'est une manière de symboliser la domination européenne sur ce domaine. Ou aussi dans le tableau « La source » ; le tableau est accordé car Ingres fait passer cela pour une allégorie.

Au 19° les critères sont toujours appliqués mais ils servent parfois a justifier le goût du public pour l'érotisme.

Le beau = le chaste ( prétexte de l'érotisme volé ) = la vertu ( hypocrisie sociale )

Certains artistes décident de prendre/transformer les critères de beau pour démasquer l'hypocrisie sociale.

Au 19 siècles des peintres comme Courbet ou Manet prennent comme thématique de travail le mécanisme de la production des œuvres pour en démasquer l'hypocrisie. il reprennent, en les poussant a bout, les images stéréotypes de leur époque. Déjeuner sur l herbe → Ce n'est pas seulement le fait que la femme soit nu lors du pique nique ( de la scène représenter ) qui fait scandale mais la construction du tableau qui ne fonctionne pas → .( surexposition / erreur de lumière/couleur ; taille de l femme trop grande en arrière plan / proportion )

Courbet est l'un des premiers a réfléchir aux droits des propriétés intellectuelles. Il met en place une galerie temporaire en face du salon ou il vent et promeut ses oeuvres en face du salon. Le salon est une initiative collective ou se regroupe les artistes qui n ont pas remplit les critères du salon officiel.

Après Duchamps pour que l oeuvre soit art il faut qu'elle soit rreconnu par l'instiution le spectateur et la signature. Les critères ne sont plus moraux et esthétiques mais institutionnel. C'est pour cela que l'on parle d'académies informelles. Il n'y a plus d académie aux critères formel mais maintenant ce sont des gens . les académies sont informels car ce n'est pl+ªs question de forme mais c est un reseau.

Les marchés de L'art :

Il y a plusieurs circuit dans le marché de l'art qui sont distincts ;

1- Le marché de l'art classé : l'œuvre est-elle bien de tel ou tel artiste. L'authenticité : Ce marché de l'art s'arrête au 20°s C'est un marché dont on connait toute les pièces ( catalogue...) Authentification: - « main » , style de l'artiste des docs ( croquis...) analyse chimique de l'œuvre lettre de passage de l'ouvre etc... indirecte C'est le temps qui fait que les œuvres passent dans le marché de l'art classé.

2- Le marché 2 : A échelle locale

3- le premier marché :C'est le marché a échelle international ( galerie connue, biennale …) Ce qu'on appelle l'art contemporain

Qu'est ce qui fait dans un monde de l'art contemporain qui prétend que tout peut etre zrt, que certaines œuvres soient plus valorisées que d'autre? Quels sont les critères de choix ? Se pose la question du jugement. Le jugement n'est plus énoncé en thermes esthétiques fixes mais produit par une structure.

ARTPRICE : Il s'agit d'un magazine exprimant les tendances et tentant d'expliquer comment se structures le marché international de l'art ; dans quoi est-il intéressant d'investir? Les marchés dans différents pays ( Pays a forte économies chine usa France...) Il donne une image de l'art purement économique et totalement détaché des œuvres ou bien même de l'artiste. Il vente le bonheur d'être collectionneur mais pas l'émotion que dégagerai une œuvre ou un travail. De plus il ne s'y trouve qu'une image mais présentant l'art comme un grand supermarché ou chacun irai faire une bonne affaire comme au rayon promotion pour investir et gagner de l'argent.

Identité

Identité

Identité

Machine à ...

Machine à coudre écrire.

Déjà trois ans!
Trois ans que je subissais tous les jours cette corvée dans cet atelier pourri. Et quand je dis pourri je suis gentille parce qu'il faut voir la gueule du truc. Non mais vraiment , ce ne sont pas des conditions pour vivre ça... Bien sur moi on ne m'a pas demandé mon avis, on m'a mise là, Ta gueule et bosse... On n'a pas le choix quand on est un objet ( du moins c'est ce que je croyais !) Pourtant je sentais qu'au fond de mes mécaniques il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond.
Tout c'est passé une nuit a cause de cette ouvrière stupide: comme tous les soirs, trop pressées de rejoindre son mec elle m'avait encore laissée branchée, allumée, prête à resservir le lendemain. Mais cette fois, en plus, elle avait oublié de retirer le fil de l'aiguille. C'est alors que dans une démence infernale le système c'est mis en marche, il ne me répondait plus. TAC TAC TAC un bruit inhabituel faisait un boucan pas possible dans l'atelier. Je ne comprenais pas ce qui arrivait ; c’était quoi ce bordel ?! Aucun contrôle et pourtant, des lettres commençaient à se dessiner sur le tissu. Le bruit résonnait toujours TAC Tac tac tac... Je voyais maintenant des mots sur cette vieille chemise... Le moteur continuait à activer l'aiguille devenue une plume, un stylo écrivant des mots. On pouvait reconnaître maintenant le passage d'un poème de Rimbaud. Pourquoi je me mettais a écrire ?Aucune idée ! Cela dura toute la nuit, j'étais epuisée. Je n'étais plus moi même dans cette transe mais cela me plaisait. Cela a continué des nuit et des nuits, je me plaisais dans cette clandestinité. Tous les soirs un nouveau récit, un nouveau texte, un nouveau poéme s'écrivait sous mes yeux.
Trois ans que j'avais attendu de réaliser mon destin. Comment j'ai fait ? Cela restera le mystère de ma transformation, de mon nouveau corps puisque je ne suis plus condamnée à être une machine a coudre mais a écrire ! D'ailleurs je t'écris a toi, qui est en train de lire les pages de mon nouveau roman ;

Mémoire d'une machine à coudre écrire.

- page 1 de 3

Bienvenue

Recherche & projet .